Les emplois en santé sont parmi les plus convoités (et les mieux payés) au Canada. Cependant, on croit, à tort, qu’il faut passer des années dans une faculté de médecine pour décrocher l’un de ces emplois. Voici cinq emplois dans le secteur des soins de santé ne nécessitant aucun diplôme en médecine.

Représentant commercial en produits pharmaceutiques

Le représentant commercial en produits pharmaceutiques est le Saint-Graal des postes de représentant. Au service d’une société pharmaceutique, le représentant est chargé de vendre ses produits aux médecins. C’est un boulot parfait si vous aimez voyager et travailler de manière indépendante. Il est cependant primordial d’aimer le contact humain, puisque chaque jour vous visiterez plusieurs médecins.

Bien qu’il ne soit pas nécessaire d’avoir un diplôme en médecine, les entreprises pharmaceutiques canadiennes préfèrent embaucher des représentants détenant un baccalauréat de quatre ans ainsi qu’une certification accordée par le Conseil de formation pharmaceutique continue.

Échelle salariale : 37 519 $ – 95 251 $ Salaire moyen : 65 956 $

Kinésiologue

Les kinésiologues remplissent une variété de rôles et de fonctions. Entre autres, ils accompagnent les victimes de blessures sportives dans le processus de réadaptation physique, ils dirigent des activités dans des centres de soins de longue durée et mènent des évaluations d’ergonomie en milieu de travail. Ils peuvent également assister d’autres professionnels de la santé dans des cliniques publiques et dans des hôpitaux, ou encore travailler de manière autonome dans le secteur privé.

La plupart des emplois en kinésiologie requièrent un baccalauréat de trois ou quatre ans émis par une université canadienne.

Échelle salariale : 30 255 $ – 56 027 $ Salaire moyen : 42 251 $

Conseiller en sécurité et santé au travail

Le rôle principal du conseiller est de promouvoir la sécurité au travail auprès des employés afin de réduire les risques de blessure en milieu de travail. Cela peut impliquer de faciliter l’accès à une formation de secourisme pour le personnel, d’enseigner des techniques ergonomiques et sécuritaires de transfert de patient, d’offrir des formations en manipulation de matières dangereuses, de lancer des initiatives de soutien en santé mentale pour les employés, etc. Lorsqu’un accident au travail se produit, le conseiller en sécurité et santé au travail aide la victime dans le processus d’obtention des prestations auxquelles elle a droit.

Selon le Centre canadien d’hygiène et de sécurité au travail, les prérequis pour ce type de poste peuvent varier, allant du certificat d’études au baccalauréat universitaire.

Échelle salariale : 46 539 $ – 112 258 $ Salaire moyen : 66 519 $ 

Technicien en ultrasons

Le technicien en ultrasons (ou échographiste) est chargé d’effectuer, pour une variété de patients, des évaluations par ultrasons. Cela inclut les blessures musculo-squelettiques et l’obstétrique, mais aussi des évaluations cardiaques et vasculaires. Pour pratiquer ce métier au Canada, un échographiste doit détenir un baccalauréat. Il doit également réussir l’examen de certification d’Échographie Canada.

Un échographiste peut travailler dans un hôpital, dans une clinique privée ou dans un CLSC.

Échelle salariale : 39 520 $ – 78 000 $ Salaire moyen : 57 635 $ 

Travailleur social

Selon l’Association canadienne des travailleuses et travailleurs sociaux, le rôle de travailleur social prend plusieurs formes, qu’il s’agisse d’initiatives de défense des droits ou de sensibilisation, de conseil et soutien aux patients et à leurs familles, ou même de recherche. Les travailleurs sociaux trouvent un emploi dans des hôpitaux, des CLSC, des cliniques et des centres de réadaptation. Ils peuvent travailler seuls ou en équipe.

Pour être travailleur social, il faut détenir un baccalauréat d’une université canadienne agréée.

Échelle salariale : 33 324 $ – 77 656 $ Salaire moyen : 50 279 $

Le secteur des soins de santé demeure une source d’emploi lucrative et gratifiante pour toute personne ayant la fibre altruiste. On prévoit que les carrières dans le domaine jouiront d’une grande stabilité, voire d’une croissance, en raison du vieillissement de la population canadienne. Il existe une grande variété de postes dynamiques et profitables dans le secteur des soins de santé et, de surcroît, vous n’avez pas à passer des années à l’école de médecine pour les décrocher !

 

À lire aussi:

Comment se faire aimer du patron

L’art de démissionner avec élégance

L’art compliqué d’accepter la critique

_______

– Suivez Workopolis sur Twitter

– Abonnez-vous au bulletin Workopolis Hebdo