Tout le monde veut travailler pour un patron dévoué. Mais il y a une différence entre une certaine assiduité et un superviseur qui arrive au bureau avant tout le monde, qui part longtemps après et qui semble ne jamais cesser de penser au travail.

Peut-être que vous êtes bombardé de courriels à toute heure du jour et de la nuit, ou peut-être que vous avez l’impression de ne pas pouvoir prendre un café sans vous faire regarder de travers. Quoi qu’il en soit, il peut être difficile de supporter de travailler sous l’œil attentif d’un patron bourreau de travail.

« Malheureusement, un patron bourreau de travail s’attend généralement à la même chose, déclare Wendy Giuffre, présidente de Wendy Ellen Inc. Ce n’est pas une situation facile. Vraiment pas. »

Si vous vous sentez épuisé par ce patron infatigable, essayez ces stratégies pour retrouver l’équilibre entre votre travail et votre vie personnelle.

Travaillez plus fort

Disons-le d’entrée de jeu : derrière un patron qui travaille trop fort se cache peut-être un employé qui ne travaille pas assez fort.

Donc, avant de trouver d’autres stratégies pour atténuer le problème, prenez le temps de réfléchir à votre propre rendement. Faites-vous le maximum ? Ou faites-vous partie de la raison pour laquelle votre superviseur est si stressé ?

« Parfois, un bourreau de travail a de grandes attentes, souligne Cissy Pau, consultante principale chez Clear HR Consulting. Peut-être êtes-vous paresseux? Je le dis en rigolant, mais si on vous demande de faire certaines choses pendant la journée et que vous refusez parce que vous dites être trop occupé, ce n’est pas acceptable. »

Renseignez-vous sur ce qu’on attend de vous

Ce n’est pas parce que votre patron ne quitte jamais son bureau ou qu’il n’éteint pas son téléphone pour la nuit qu’il s’attend à ce que vous soyez aussi zélé.

Tous les superviseurs ne s’attendent pas à ce que vous ayez la même intensité qu’eux. Votre patron vous a-t-il expressément critiqué au sujet de vos heures ou de votre disponibilité, ou faites-vous plutôt de la projection ?

« Si elle vous envoie des courriels la nuit, s’attend-elle à recevoir une réponse à ce moment-là ? Ou s’il arrive à 6 heures chaque matin, s’attend-il à ce que vous fassiez la même chose ? » s’interroge Cissy Pau.

« Parfois, les bourreaux de travail essaient simplement d’obtenir de l’information, mais ils ne s’attendent pas nécessairement à ce que vous répondiez lorsqu’ils vous contactent, » dit-elle.

Établissez des limites

Si vous êtes sûr que le rythme de travail infatigable de votre superviseur met de la pression sur votre vie, il est temps d’avoir une conversation avec lui.

« Il est très important d’exprimer à votre patron que vous avez l’intention de faire le meilleur travail possible, mais que vous devez fixer des limites et vous espérez que vous serez jugé sur votre performance, pas sur le nombre d’heures que vous passez à votre bureau ou à répondre à votre téléphone », affirme Lee Weisser, conseillère principale en carrière et coach de vie chez Careers by Design.

« Soulignez simplement que vous faites du bon travail et que vous avez l’intention de faire du bon travail, mais que vous n’êtes pas disponible pour répondre au téléphone après une certaine heure, » conseille-t-elle.

Pourtant, les experts préviennent que si votre patron a un mauvais tempérament, une telle conversation pourrait affecter sa façon de vous percevoir. Faites preuve de circonspection.

« Souvent, avoir cette conversation avec votre patron peut être préjudiciable, et il faut garder cette réalité en tête, ajoute Wendy Giuffre. Vous devez être assez courageux pour avoir cette discussion et rester conscient des conséquences potentielles. »

Restez terre à terre

Si votre patron est vraiment du type obsessionnel, ce stress pourrait se répercuter sur tous ceux qui travaillent sous son autorité.

« Essayez de ne pas absorber l’anxiété du patron, conseille Lee Weisser. On trouve généralement ce genre de comportement chez une personne très anxieuse à l’idée de faire les choses selon une certaine échéance, ou qui est incapable de gérer son propre stress. Que ce soit grâce à une forme de méditation ou autre chose qui fonctionne pour vous, vous devez trouver des moyens de rester calme, centré, et de ne pas absorber cette énergie négative. »

Trouvez une situation plus appropriée

Si votre patron et vous avez des idées radicalement différentes sur l’équilibre entre le travail et la vie personnelle et le temps et l’énergie que vous consacrez à votre travail, il est possible que cette différence ne puisse tout simplement pas être conciliable.

Plutôt que de continuer dans une situation où vous vous offusquez de votre patron et où ce dernier est en retour mécontent de votre rendement, il serait peut-être mieux à long terme que vous soyez transféré dans un environnement qui convient mieux à vos habitudes de travail et de style de vie.

« Si ça ne change pas, vous devez aller voir ailleurs », déclare Wendy Giuffre. « Parce que la plupart du temps, les gens ne quittent pas un emploi ; ils quittent leur superviseur. »