Obtenir votre diplôme sans passer par les bancs d’école, ça vous dit? Pour certaines personnes, c’est bel et bien possible. Tour d’horizon des conditions entourant le processus de reconnaissance des acquis et des compétences (RAC).

Le ministère de l’éducation du Québec définit la reconnaissance des acquis et des compétences en formation professionnelle et technique comme étant une démarche qui permet à l’adulte de faire reconnaitre officiellement les compétences acquises grâce à des expériences de vie et de travail. Cette démarche peut être particulièrement intéressante, par exemple, pour un immigrant souhaitant faire valider les compétences acquises dans son pays d’origine.

Quelle que soit la situation, une personne qui aura œuvré sur le terrain (comme éducateur spécialisé par exemple) durant des années mais sans détenir de diplôme formel pourrait vouloir obtenir une certification officielle attestant ses compétences et ce, sans passer par des années d’études théoriques. Ce diplôme est le même que celui remis à un étudiant ayant terminé sa formation.

L’expérience professionnelle n’est pas la seule qui puisse être considérée : les expériences de vie, le bénévolat et même des activités personnelles ou de loisirs peuvent être prises en compte dans l’évaluation des compétences acquises.

La voie de la facilité?

Gare à ceux qui pensent que le chemin de la reconnaissance des acquis est un moyen facile d’éviter les études!

Tout d’abord, rien n’est garanti, même si une personne cumule plus de 10 ans d’expérience par exemple. En effet, les candidats doivent satisfaire aux mêmes exigences que les personnes qui suivent une formation, c’est-à-dire posséder les mêmes compétences. Ces dernières peuvent être évaluées de plusieurs manières: évaluation par un expert dans votre milieu de travail, projet à réaliser à distance, examens, etc. Les possibilités sont multiples et dépendent tant du programme d’études que de l’établissement d’enseignement. De plus, il se peut que suite à l’évaluation, on vous recommande tout de même de suivre quelques cours d’appoint pour compléter vos connaissances pratiques.

Et l’université?

Le programme de reconnaissance des acquis et compétences du gouvernement s’adresse aux diplômes professionnels et techniques. Toutefois, la plupart des universités ont mis en place leur propre cheminement de reconnaissance des acquis qui peut permettre à certains étudiants de sauter un ou plusieurs cours dans le cadre de leurs études supérieures. Par exemple, la majorité des programmes de certificats de la faculté de l’éducation permanente de l’université de Montréal offrent des cours pouvant mener à une demande de reconnaissance des acquis expérientiels. Il faut toutefois avoir cumulé un minimum de trois années d’expérience dans le domaine recherché.

Dans tous les cas, au Cégep comme à l’université, il convient de communiquer directement avec l’établissement d’enseignement afin de se renseigner sur les différentes possibilités et les étapes requises au cheminement de votre dossier. Bonne chance!