Montrez votre curriculum vitae à un coach en gestion de carrière, et il fera probablement ressortir certaines grossières erreurs. Certaines sont évidentes (un CV de six pages n’invite pas à la lecture) tandis que d’autres sont un peu plus surprenantes (ces mots accrocheurs que tout le monde utilise risquent de ne pas être une excellente idée, après tout).

Nous avons demandé à trois coachs en gestion de carrières et experts en rédaction de CV quelles sont les principales erreurs qu’ils voient fréquemment et comment vous pouvez vous défaire de ces mauvaises habitudes pour que votre CV se démarque du reste (de la bonne manière).

Erreur no 1 : un CV trop long

C’est le « péché cardinal » selon Sarah Vermunt, fondatrice de Careergasm, coach en gestion de carrière et auteure de Careergasm: Find Your Way to Feel-Good Work.

« Personne ne veut lire votre CV s’il a l’air d’un roman, dit-elle. Et plus important encore, personne n’a le temps de le faire ! »

Lee Weisser, formatrice principale chez Careers By Design, est d’accord. « Les points forts de vos réalisations professionnelles doivent se démarquer », dit-elle. En d’autres termes : n’écrivez pas l’histoire de votre vie.

Que faire à la place : s’en tenir à deux pages

La règle d’or des CV est d’en rester à deux pages au plus, et les trois formateurs en gestion de carrière auxquels nous avons parlé sont d’accord.

« J’ai écrit des CV pour des PDG qui ne dépassent pas deux pages, indique Kamara Toffolo, stratège en recherche d’emploi. Ce que vous devriez souligner, c’est ce qu’il y a de mieux à propos de votre expérience afin d’y attirer l’attention de ceux qui consulteront votre CV. »

Erreur no 2 : être paresseux avec le formatage

Votre CV utilise-t-il la police Times New Roman ? Est-il rempli d’informations sans aucune considération pour le design ? N’espérez pas obtenir beaucoup de succès auprès des employeurs, disent les formateurs.

Trop utiliser de listes à puces n’est pas une bonne idée, selon Kamara Toffolo. « Beaucoup de gens s’appuient sur l’idée qu’ils doivent utiliser des listes pour tout, ce qui complique la tâche pour survoler le contenu, dit-elle. C’est l’équivalent de mettre en évidence une page entière au lieu de quelques points. »

Que faire à la place : s’efforcer d’avoir un design facile à lire

Pas besoin d’être expert en mise en pages, mais essayez d’avoir une présentation propre et élégante et de n’utiliser les sous-titres et les listes à puces que pour les points les plus importants.

Kamara Toffolo suggère d’employer une police sans sérif, comme Verdana, Arial ou Calibri, tandis que Vermunt souligne qu’espacer les éléments est la clé du succès. « L’espace blanc entre les sections permet au regard de respirer », explique-t-elle.

Erreur no 3 : utiliser des mots accrocheurs à la mode

Lee Weisser dit que c’est une mauvaise idée d’utiliser des mots-clés spécifiques à l’entreprise ou des mots à la mode génériques. Donc, si vous envisagez d’utiliser des mots comme « synergie » ou des phrases comme « a contribué à renforcer l’esprit d’équipe », pensez-y bien.

« Opter pour ce genre de mots abstraits qui sonnent bien sans offrir quelque chose pour le corroborer, cela ne veut rien dire », dit-elle.

Que faire à la place : être spécifique

Plutôt que de vagues phrases clichés, Lee Weisser recommande de mettre en évidence des réalisations appropriées.

Donc, au lieu de dire que vous étiez un « joueur d’équipe », parlez de vos façons spécifiques de remonter le moral à votre bureau, en fondant un club de course, par exemple.

Erreur no 4 : parler de tâches, pas de réalisations

Il est tentant de simplement énumérer toutes les choses que vous avez faites dans vos derniers postes, mais pensez à l’ennui qu’auront ceux qui lisent. Vous avez lu des courriels, fait des appels téléphoniques, assisté à des réunions… Zzzzzz !

« Ce que les recruteurs et les gestionnaires d’embauche veulent savoir, c’est si oui, vous avez fait ces choses, mais quels sont les résultats que vous avez obtenus », dit Kamara Toffolo.

Que faire à la place : être précis, détailler les résultats

Kamara Toffolo affirme que d’inscrire vos réalisations spécifiques et quantitatives représente la meilleure option.

Donc, si vous êtes en vente, donnez des chiffres spécifiques en termes de performance. Si vous êtes un gestionnaire, discutez de la taille de votre équipe et de la façon dont vous avez amélioré la performance des membres.\

Erreur no 5 : créer un CV qui convient à tous les employeurs… sans distinction

L’une des plus grandes erreurs consiste à avoir un CV dit « vanille ». Sarah Vermunt dit que les gens optent souvent pour cette solution, en utilisant le même document pour chaque demande d’emploi, car la personnalisation d’un CV semble trop difficile.

« Savez-vous ce qui représente également une tâche difficile ? Envoyer son CV générique à un milliard d’employeurs, un CV que personne ne lira parce que vous n’avez mis aucun effort pour le personnaliser pour l’emploi que vous désirez », dit-elle.

Que faire à la place : personnaliser le CV pour chaque emploi

Adaptez votre CV au rôle spécifique pour lequel vous postulez, et à l’entreprise.

« Vos chances d’être pris au sérieux sont plus grandes lorsque vous parlez la langue de l’employeur, dit Sarah Vermunt. Par exemple, si votre CV utilise le mot « travail d’équipe » mais que vous remarquez que la description du poste emploie plutôt le mot « collaboration », optez pour ce terme.

« Et assurez-vous que les compétences et les succès que vous mettez en évidence s’appliquent effectivement au travail que vous voulez », ajoute Sarah Vermunt.

« Si vous êtes un expert de macros Excel mais que cela n’est pas pertinent pour le poste auquel vous postulez, pourquoi l’incluriez-vous sur votre CV ? » dit-elle.

Vous saisissez ? Bien ! À présent, au travail.

 

À lire aussi:

4 passe-temps qui rehaussent un CV

_______

– Suivez Workopolis sur Twitter

– Abonnez-vous au bulletin Workopolis Hebdo