L’heure à laquelle on envoie un CV influence les recruteurs. Astrologie ou science ? Selon une étude menée par une agence de recrutement, lorsqu’on envoie le précieux document le matin, on augmente de cinq fois ses chances d’obtenir un entretien.

Pour mettre toutes les chances de son côté, l’envoi du CV devrait se faire entre six et dix heures du matin, a remarqué le cabinet de recrutement TalentWorks. Le taux d’obtention d’entretien est alors de 13 %. Selon les mêmes données, la deuxième plage horaire à privilégier se situe après 14 h. Le taux de réussite baisse à 11 %, mais reste plus élevé que durant le reste de la journée.

Par contre, il faut éviter la plage de 10 h à 12 h 30 et durant la pause dîner, les chances d’obtenir un entretien diminuant toujours davantage. La fin de journée n’est clairement pas non plus le bon moment. À partir de 16 h, les réponses deviennent de moins en moins assidues pour atteindre un pic de non-réponse à 19 h 30. En effet, seulement 3 % de recruteurs donnent suite aux demandes d’entretien lorsque les CV ont été envoyés en soirée.

L’expérience de William Bérubé, conseiller en recrutement pour Groupe Perspective, à Québec, nuance les résultats de l’étude. « Lorsqu’on arrive le matin et qu’on doit lire 40 CV dans sa boîte courriel, les derniers en haut de la pile sont effectivement considérés en premier. » Il vaut donc mieux envoyer le CV le matin, plutôt que durant la soirée. Le recruteur spécifie toutefois que le contexte d’embauche influence la manière d’écrémer les courriels et les CV. « Nous considérons absolument tous les CV reçus ». Pour cause, dans la région de Québec, les recruteurs n’en reçoivent pas assez pour dédaigner quelque candidature que ce soit.

Les recruteurs disent ce qu’ils veulent voir dans un CV

L’heure à laquelle on envoie un CV ne fait pas tout le travail ! Dans un sondage mené en 2010 par l’Ordre des conseillers en ressources humaines agréés, les 255 recruteurs qui ont répondu au sondage déclinaient en quelques points leur CV idéal. Ils préféraient en majorité (82,47 %) les curriculum vitae chronologiques (plutôt que ceux présentés par compétences), 61,60 % des répondants affectionnaient les CV de deux pages maximum et 63,53 % admettaient que la mise en page avait son influence dans leur appréciation d’une candidature.

Sans surprise, les recruteurs n’aimaient pas les fautes d’orthographe (tout en restant conscients que ce n’est pas un critère pour tous les emplois). L’information la plus importante sur le CV, pour la majorité d’entre eux ? L’expérience de travail. Les moins importantes ? Les connaissances informatiques, linguistiques et les passe-temps.

Pour répondre aux goûts des recruteurs, le postulant a aussi intérêt à écrire ses tâches et responsabilités exercées dans ses emplois précédents, plutôt que ses résultats obtenus et ses réalisations.

Formation ou expérience de travail ? Ne vous prenez pas la tête avec ce qui doit venir en premier. Les recruteurs sont assez mitigés eux-mêmes. Ce qui est sûr, gardez l’engagement communautaire, les passe-temps et les connaissances informatiques pour la fin du CV.

 

À lire aussi:

Les emplois et les industries technologiques à la croissance la plus rapide au Canada

Comment dénicher les offres d’emploi cachées?

En chiffres : ce que recherchent vraiment les recruteurs

_______

– Suivez Workopolis sur Twitter

– Abonnez-vous au bulletin Workopolis Hebdo